Le bain forcé

Je quitte Manja pour rejoindre Bélo sur mer comme d’habitude de bon matin.

Mais avant, traditionnel rituel du carburant, il me faut trouver quelques litres de ce précieux liquide pour pouvoir continuer mon chemin.

 

C’est fait après quelques recherches en ville, un bien brave Malgache m’en cède 5 litres. Normalement aujourd’hui seulement 85 km à faire. Donc assez tranquille, sauf que tout part rapidement de travers, d’abord le câble d’embrayage qui me lâche, ensuite (car elles avaient déjà pas mal souffert) lors du passage d’un gué un peu difficile, mes chaussures des Salomons me lâchent (plus de semelle)

Ensuite c’est le bain forcé lors du passage difficile de ce gué qui manque de noyer mon matériel et surtout mon appareil photo.

Voici l’histoire : par prudence je reconnais la traversée de ce fleuve à pied,  vers le milieu je rencontre un serpent un peu jaune et un peu vert qui nage devant moi et me dit « fait gaffe c’est profond, moi je n’ai même pas pied » je le remercie et continu ma reconnaissance et je tombe dans un espèce de trou et prend un bon bain, je sauve de justesse l’appareil photo (il va finir l’étape dans une boite étanche dans mon paquetage) donc plus de photo pour le moment, désolé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *