Archives par étiquette : Tananarive

Sur la route d’Antsirabé suite

Le ravenala appelé aussi l’arbre du voyageur car il offre toujours dans le tronc un peu d’eau pour les voyageurs. Il est partout présent sur cette route du nord ouest.

En fin de matinée, j’arrive dans Antananarivo ou à la Française Tananarive.

Ce qui choque en entrant dans cette ville c’est la pollution.

Des centaines de voitures et de camions crachent des nuages de fumée écœurants. C’est la vétusté de ce matériel roulant qui est responsable de cette horreur, les taxis sont tous des antiquités, 2CV, diane et 4 L

 

Je me sens immédiatement mal à l’aise dans cette circulation en tout sens, bruyante et tout cette agitation me pousse à fuir vers la ville d’Atsirabé à 200 km plus au sud.

C’est assez tard dans cette première journée que j’arrive enfin à destination.

Mon choix pour la nuit se porte sur un hôtel du nom de « Les chambres du voyageur », un superbe établissement qui après cette folle journée de route me gêne un peu par son confort, mais me rassure pour le repos dont j’ai besoin.

Le soir venu je vais errer dans les rues à la recherche de cette vie Malgache que je commence à apprécier, comme sur Tamatave la ville est agitée en tout sens, les petites échoppes sont bondées et je prends mon repas dans un « hotély’, petite gargote très populaire où l’on y sert un plat simple de riz accompagné d’un peu de viande (très peu) ou de poisson, voir des légumes. Mais c’est l’un ou l’autre, est aussi servi une coupelle de jus de cuisson du riz aromatisé avec des épices locales, c’est excellent et tout cela à la lueur d’une bougie, et je suis ravi de ce premier contact avec ce style de vie, il va faire école dans les jours prochains c’est sûr.

la capitale Antananarivo

Je passe deux jours à Antananarivo ( Tananarive) et cela me coûte un peu, car par nature je ne suis pas très urbain.

Si je mets de coté la pollution et la circulation la ville est assez sympathique.

Les collines qui constituent la capitale donnent une dimension particulière, ainsi que les vastes espaces de rizière en plein milieu (les photos montrent ces plaines de la capitale et l’on pourrai penser que ces photos sont prises à la campagne)